Marie-michèle Lucas artiste plasticienne – art contemporain

De la ressource marine à la source artistique Exposition collective autour du colloque « exploration sensorielle des mers et océans » 22-27 novembre 2017

De la ressource marine à la source artistique 
22-27 novembre 2017
Exposition collective autour du colloque  « exploration sensorielle des mers et océans »

Organisation : Géraldine Le Roux, anthropologue et commissaire d’exposition,

pour le compte du groupe de recherche IDMeR
Contact: geraldine.leroux@univ-brest.fr
Faculté des lettres et sciences humaines université Brest ( UBO )


Artistes exposés :

« Des mots pêchés » – Michel Suzzarini, écrivain et ethnologue
« Le petit peuple de la mer » – Œuvre réalisée par les enfants d’une classe de CM1 (école Jacques Prévert, Guipavas) sous la direction artistique de Svène et la direction pédagogique de Guylène Briand.
« Un cimetière marin ? » – Jean-Jacques Petton, pinseyeur
« Oh, eaux les coraux ! » – Marion Gaemers, vannière
« La mer interrogée : ci-dessous-dessus » – Marie-Michèle Lucas, plasticienne

« La mer interrogée : ci-dessous-dessus » est une installation constituée d’un dessin réalisé en bandes verticales segmentées accompagné d’un dispositif sonore.

C’est le dessin d’un sous-marin de poche de type Seehund, réalisé d’après l’appareil conservé au musée de la marine à Brest. L’artiste a privilégié une triple approche qui permet à la fois de découvrir les caractéristiques physiques d’un sous-marin, de saisir les luttes diplomatiques que se font les pays limitrophes de la mer arctique et d’investiguer le naufrage du Bugaled Breiz.

Les 3 capsules audio présentées à l’UBO explorent pour deux d’entre elles le traitement médiatique autour du chalutier le Bugaled Breiz, remonté des eaux sur ordre de la justice française pour tenter de trouver la cause du naufrage. Une autre capsule sonore est une construction vocale réalisée avec des acteurs et chanteurs, elle interroge l’emprise par sous-marins interposés que veulent opérer les grands états frontaliers de la mer arctique sur ce singulier monde maritime .

Dessin du sous-marin

Il a été réalisé en 2009 et exposé plusieurs fois. A chaque exposition, il est accompagné de sons ou d’actions parlées selon un certain angle d’actualités. Sa construction et sa première exposition sont issues d’une réflexion sur les sous-marins de l’Arctique, c’est l’Action Polaire.
Plus tard en 2012, le sous-marin sera exposé dans une chapelle dédiée aux marins perdus en mer à Audierne. Les sons diffusés évoqueront le naufrage du chalutier Bugaled Breiz en 2004. Cet accident est toujours en justice car la cause du naufrage n’a pas été élucidée. Vraisemblablement, il aura été provoqué par un sous-marin

Caractéristiques techniques de l’œuvre exposée à l’UBO : dessin réalisé à la mine de plomb sur papier calque 90 gr/m² en lés de 1m de large, format : 13 x 4 m, les lés seront séparés et disposés sur 2 filins

 


3
capsules sonores

Capsule sonore Mer Interrogée sous-marins de l’Arctique
Action Polaire n°1
durée 6.05 mn


Cette pièce a été composée en 2009 avec des acteurs/lecteurs de la troupe des Filles de la Pluie. Une version composée a été créée et enregistrée en 2012.
Sur cette composition de 2012 il y a 6 pistes de diffusion de son et 6 chapitres de contenu: un lecteur porte la voix sur un chapitre et les autres lisent des articles différents sur le même sujet créant ainsi un brouhaha « médiatique ».
Les lectures sont des extraits de presse, journaux papier ou internet, de sites de différents pays recueillis sur internet en 2009.
Les différents chapitres qui apparaissent dans les sons sont les suivants:
– les revendications de propriété de l’île de Hans
– les sous-marins russes Mir1 et Mir2 posent un drapeau au pôle nord à 4000m sous la banquise
– la dorsale de Lomonossov (permettra-t-elle de confrmer que le pôle Nord appartient à la Russie?)
– les sous-marins russes et américains se surveillent au pôle nord
– le passage du Nord-Ouest (à qui proftera-t-il?)
– les populations autochtones boréales

Les lecteurs : Yvain Bornibus, Michèle Boucher, Viviane Henry,André Le Bars, Jean-Claude Tirilly
La capsule Mer Interrogée Sous marins de l’Arctique concentre ces différents chapitres et propose
6mn de cacophonie pour évoquer les guerres picrocholines que se livrent les pays concernés par le
pôle Nord.

 

Capsule sonore Mer Interrogée Bugaled Breiz
durée 6.04 mn

C’est une composition écrite en 2012 sur la base d’images parues dans la presse et d’un chant parlé avec couplets et refrain. J’ai demandé au choeur de chanter les noms des sous-marins militaires potentiellement responsables mentionnés dans la presse durant les 8 années suivant le naufrage..
Dolfn, Rubis, Torbay, Turbulent, Turbulent

Il n’y avait pas de sous-marin dans l’Atlantique Nord à 49°42 nord 5°10 ouest le 15 janvier 2004 ? Dolfn,
Le choeur : Yvain Bornibus, Michèle Boucher, André Le Bars, Jean-Claude Tirilly .
49°42/5°10W : c’est le lieu exact sous la Manche où a disparu le sous-marin. C’est aussi là que croisaient différents sous-marins, il y avait alors plusieurs opérations militaires sous -marines: une escorte de sous marins accompagnant un convoi de déchets nucléaires depuis le Japon, un exercice de lutte anti-sous-marine internationale. Le fait d’imaginer une circulation militaire intense sous la mer m’a incitée à quêter sur ces mondes invisibles

 

 

 

Capsule sonore Mer interrogée Montée progressive du soupçon
Interview du journaliste Philippe Urvois  Bugaled Breizh , La montée progressive du soupçon
réalisation technique par l’équipe de la webradio Oufipo
durée 57 mn
Source Oufipo.org : http://oufipo.org/philippe-urvois-bugaled-breiz-la/


Présentation de l’interview sur la radio Oufipo
:

Le 15 janvier 2004, le chalutier Bugaled Breizh coule subitement au large du cap Lizard. L’origine de l’accident n’est pas claire et des zones d’ombre émergées de l’affaire suscitent rapidement l’intérêt des journalistes, qui posent à leur tour des questions sans réponse. Parmi eux, Philippe Urvois (le Marin, le Chasse-marée), qui à force d’essayer en vain de rétablir les faits, fnit par se lancer dans un long travail d’investigation étalé sur plusieurs années. Ce personnage à la recherche de la vérité captive l’attention de l’artiste brestoise, Marie-Michèle Lucas. Il en est né un entretien singulier dans lequel s’entremêlent la poésie, le témoignage d’un journaliste d’enquête déterminé et minutieux, quelques réflexions sur notre société, ainsi qu’un retour sur des circonstances encore non-élucidées du fameux naufrage.

 

 

 

 

crédit auteur : M.M. Lucas
A propos